Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Actualités

Noël 2016 église d’Hélesmes

Place est donnée aux enfants de la paroisse.

Quatre enfants avec chacun une bougie (les quatre bougies de l'Avent)

Quatre enfants avec un panneau sur lequel une expression est inscrite en rapport avec chaque dimanche de l'avant.

            Panneau 1 : Le commencement d'une nouvelle vie

            Panneau 2 : Une justice pour tous

            Panneau 3 : La paix, la joie

            Panneau 4 : Dieu parmi nous

 

On vous partage une partie du sketch :

 

1ère partie du sketch

 

Conteur : C’était l’année dernière, un peu avant Noël, en Syrie. Un petit garçon et une petite fille syrienne, Maria et Illiès, dont le papa était commerçant. Leur maman était morte alors que Maria n’était encore qu’un bébé. Dans leur région, c’est la guerre, et les Chrétiens sont mal vus et souvent menacés de mort.

Un soir, alors qu'il prenait un modeste repas en famille avec deux de leurs cousins venus se réfugier chez eux, le père de Maria et Illiès leur dit :

 

Le père : Je ne peux plus travailler, mon magasin est vide et  je ne peux plus y aller au risque de me faire tuer. Nous ne pouvons pas continuer à vivre comme ça. J’ai trouvé un bateau qui part pour l’Europe. Là-bas, il y a votre grand-mère qui est arrivée, il y a quelques mois. Quand son village a été rasé, elle a dû se sauver en France, le pays de la liberté. Nous y passerons l’hiver auprès d'elle et après nous verrons...C'est un petit village, en haut de la France, tout au nord.

 

Maria : Mais alors, nous ne passerons pas Noël ensemble en famille, et je vais être perdue, là-bas je ne connais personne et l'on ne parle pas la même langue.

(…./….)

 

Le père : C'est vrai qu'il y fait plus froid qu'ici et qu'il y a moins de soleil que chez nous, mais grand-mère m'a écrit que le soleil, il était dans le cœur des gens du Nord, et que çà..., çà réchauffe ! 

 

Illiès : Peut-être, mais..., mes copains je ne pourrais plus jouer avec eux et... que vont-ils devenir ?

 

Le père : Parfois nous devons faire des choses que nous trouvons difficiles mes enfants, mais j'ai tout arrangé, votre grand-mère nous attend. Si nous partons demain, nous y serons pour Noël.

 

Maria : Je comprends... De toute façon j’ai peur ici..., tous les jours, et encore plus la nuit. Mais j’espère que l’année prochaine la guerre sera finie et que nous passerons Noël ensemble en Syrie.

 

Illiès : Moi aussi, et je ferais une belle crèche en buis pour fêter ça

(…./….)

 

Conteur : Le lendemain, ils se rendirent à ce qui restait du marché, Maria et Illiès aidèrent leur papa à choisir les cadeaux. Bien qu'il n'ait que très peu d'argent - le père avait dépensé presque tout ce qu’il avait pour  payer le voyage - ils achetèrent un châle pour la grand-mère et des mouchoirs en coton pour les autres. Puis Maria et Illiès embrassèrent les quelques voisins qui restaient pour leur dire au revoir et partir pour la France avec leur père.

 

Deuxième partie du sketch

 

Maria : C'est quoi ce bateau, il est déjà plein de monde ! Et puis il est tout rouillé, Y a même des petits trous sur les bords.

Le conteur : La traversée dura 14 jours, par chance la mer était restée calme et il n'y eut pas de tempête, à l'exception de deux ou trois coups de vent. Pendant tout ce voyage, Maria n'avait pensé qu'à sa grand-mère et à la veillée de Noël devant la crèche. Elle n'en doutait pas, elle irait à la messe de minuit. Elle était bien la seule à y croire.

Le 14ème jour, le bateau accosta la nuit dans une petite crique, à l'abri des regards, près de St Raphaël. C'était le 23 décembre. Tous étaient épuisés. A peine déposés avec leurs maigres bagages, et le bateau était déjà reparti, les abandonnant à leur sort.

(…./….)

 

Troisième partie du SKETCH

 

Le conteur : Effectivement, le matin du 24 décembre après qu'ils aient marché vers une petite route départementale, une voiture se dirigea vers eux, s'arrêta et les embarqua rapidement. A nouveau, ils étaient serrés les uns contre les autres, mais ils n'avaient plus froid. Ils purent boire un chocolat bien chaud et manger un peu.

Maria s'endormit presque qu'aussitôt, rêvant de sa grand-mère et de l'enfant Jésus serré contre elle.

Soudain, elle entendit :

 

Le père : « Réveille-toi, nous sommes arrivés. Ta grand-mère t'attends »

 

Le conteur : Une vieille femme s’avança et dit d’une voix forte :

 

La vieille femme : Sois la bienvenue dans notre village, Maria. Je suis ta grand-mère »

 

Le conteur : Retenant de grosses larmes, la grand-mère embrassa Maria bien fort sur les deux  joues, ainsi que toute la famille. Puis tous les entourèrent, les prenant dans leurs bras ou leur serrant longuement la main.

 

Ami 1 : Comment s’est passé votre voyage ?

Ami 2 : Vous devez être fatigués et vous devez avoir faim ?

L'oncle: Je suis ton oncle. Je suis allé à l’école avec ta maman. 

Conteur : Maria se sentait très heureuse tandis qu’on l’entraînait dans la maison de sa grand-mère avec son père, son frère et ses deux cousins, où des gâteaux et du chocolat chaud les attendaient sur la table.

(…./….):

 

L'oncle : la messe de minuit est dans un quart d'heure, nous avons à peine le temps pour y aller.

 

Le conteur : En arrivant dans l'église, nombre de gens étaient là qui les attendaient. Deux femmes se précipitèrent sur Maria et Illiès et après les avoir embrassés les vêtirent, en Marie et Joseph. Après avoir posé dans les bras de Maria le petit Jésus, ils avancèrent en procession avec eux.

Pour Maria, malgré qu'elle fut épuisée et loin de son pays, c'était le plus beau jour de sa vie, son plus beau Noël. Elle senti un immense bonheur l'envahir et une grande paix emplir son cœur et elle pensait :

 

Maria : Mon petit Jésus, pendant tout ce voyage, j'ai pensé à toi, je t'ai prié, et maintenant que je te tiens dans mes mains, tu es la lumière qui me donne confiance et réchauffe mon cœur.

 
Puis l’Evangile est mimé par les enfants

 

Les prières universelles sont lues par eux également

Et bien sûr le chant qu’ils ont appris pendant le temps de l’avent est chanté en début de la messe

Et à la fin, ils ont « crié, crié, crié sur la montagne et dans nos belles pleines plate du nord que Jésus-Christ est né » 

 

Une belle messe….

On vous partage quelques photos

Article publié par ste barbe paroisse • Publié Jeudi 29 déc 2016 - 21h17 • 585 visites

Haut de page