Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Actualités

Une marche de plus dans la démarche

dans la démarche du CCFD, temsp de rencontre avec une partenaire syrienne, soeur Houda Fadoul, qui est aussi agronome et théologienne

La rencontre se déroule ce vendredi 14 mars,  à Ste Marie, avec Sr Houda et son amie Isabelle qui sera notre interprête.100_1669 100_1669              

 

Après le chant , c'est le temps des questionnement: "Qu'évoque pour vous le mot DEVELOPPEMENT ?"

Quelques minutes persos, puis les réponses fusent :

- c'est permettre aux petits paysans de pouvoir vivre, d'avoir de micro-crédits, et soutenir le commerce équitable.

- c'est aider à prospérer dans toutes les matières

- reconnaître les dons des autres et les aider à les faire grandir

ne pas dépendre des autres au niveau économique

-faire en sorte que des personnes puissent se prendre en charge ici comme là-bas

-actions de solidarité envers les peuples appauvris

-à la base: aider les enfants à se scolariser

- un peu comme la photo dans le temps: passer du négatif au positif; et doucement réveler la vie, révéler quelque chose de l'autre

- reonnaître en chacun quelque chose de bon

-lutter conre la vente des armes

-développement durable

-justice et grandir tous ensemble

- chacun a la parole...

 

On sent une assemblée bien convertie au CCFD ...

 

E100_1686 100_1686  t puis elle, ou plutôt, elles parlent, à deux pour transmettre une parole...

C'est la desciption du pays, coincé entre la Turquie, l'Irak, la Palestine, le Liban, tant de nations qui viennent si souvent à la une de nos actualités...

Elle explique aussi le monastère syriaque catholique, composé de 3 femmes et 7 hommes dans deux maisons...

"n100_1666 100_1666  otre monastère vit trois objectifs dans sa mission : La prière et la méditation, l'hospitalité , le travail manuel.

Dans le désert, notre monastère est un petit coin vert. Grâce au CCFD, nous y avons créé une pépinière. cela permet de donner la chance aux chrétiens syriens de travailler et de ne pas quitter le pays; cela permet aussi aux chrétiens et musulmans de vivre ensemble; cela permet enfin de replanter des arbres dans la vallée du monstère . Nous sommes partis de l'amandier sauvage; mais à partir de lui, il y a greffe d'autres arbres similaires.

Cette expérience a été vécue aussi avec un autre ingénieur agronome musulman, qui a su exploiter cela pour fonder une autre pépinière, et qui peut donner les acquis de cette expérience autour de lui.

le premier projet avec le CCFD a consisté à clôturer notre bergerie-chèvrerie pour que les bêtes ne s'échappent pas. Mais la région est devenue réserve naturelle, et donc le CCFD nous a permis de construire une maison pour le berger qui devait de ce fait habiter bien loin du monastère...

La grotte, l'ancien abri pour animaux est devenue la fromagerie: le fromage permet le partage avec les invités; mais il peut, ajouté à l'huile d'olive, être vendu.

 

La deuxième partie du projet CCFD,ce sont les oliviers et les vignes; cela permet aux plus jeunes d'être encouragés à continuer la culture, à faire de l'huile, mais aussi du raisin ou de la mélasse (confiture de raisin). Cela retient les jeunes au pays.

 

 

 

100_1684 100_1684  une chose importante, c'est le dialogue avec les musulmans, l'hospitalité, en respectant l'autre; quand c'est une femme qui vient, elle est accueillie par une femme; à table, il y a du vin, mais aussi d'autres boissons; nous leur expliquons ce que nous mettons dans les plats pour qu'ils sachent ce qu'ils peuvent manger; dans notre église, il ya une fresque du 11° siècle, mais le mur en direction de la Mecque est vide et nous y avons placé un tapis pour que nos invités puissent y prier...Il arrive que des mamans viennent faire bénir leurs enfants.

pourquoi faisons-nous cela ? parce que nous vivons comme Jésus, ouvert à tous.

C'est une hospitalité gratuite, et même si des personnes nous donnent quelque chose, ça reste discret pour que le pauvre ne se sente pas gêné..."

 

Les questions sont ensuite posées, et nous apprenons encore plus...

"Oui, nous allons aussi à la rencontre des musulmans, quand nous sommes invités à des conseils...

Sur 19 millions de syriens, nous sommes 10% de chrétiens, dont la majorité orthodoxe... Il y a actuellement 2 millions d'irakiens, et leur accueil a déclenché une crise économique, a fait monter l'inflation sur tous les produits, en particulier les plus quotidiens; le gouvernement expulse les personnes en situation irrégulières.

100_1683 100_1683  Face aux conflits aux alentours? Nous essayons de créer une autre ambiance, de montrer que le dialogue est possible...

Oui, c'est un gros travail que cette pépinière; nous avons dû transporter la terre pour la faire...

L'eau, oui, c'est rare . Nous avons un puits, nous pompons l'eau du toit, il ya des filtres pour l'eau potable, et pour l'irrigation, c'est du goutte à goutte...

il ya une grosse différnce de température entre le matin (48°) et le soir (25°) et nous mettons un pull...

Le village le plus proche est à 17kms, Damas est à 80; autour, ce ne sont que des bergers.

Nous vivons de nos produits: le fromage, les poules donc les oeufs, il y a une caisse pour les dons, la cuisine est simple: du riz ou du blé concassé avec des légumes..."

 

Un petit temps pour réagir en équipe...Ce que ça nous interpelle?...

 

Le temps d'apprendre cette rencontre de l'après-midi au Collége St Vincent, dans une classe où il y avait 3 magrébins... Les collégiens étaient intéréssés et ont posé énormément de questions... L'un d'eux a voulu poser une question en arabe; ça leur a même donné envie d'aller voir...

 

l100_1674 100_1674  es groupes s'expriment

- la question de l'eau alors que nous ici, c'est facile et que nous gaspillons

- le courage pour vivre là-bas

- le dialogue avec les autres et une hospitalité gratuite

- le fait de faire fleurir le désert, alors que nous, nous n'osons pas aller dans les déserts pour faire fleurir la vie...

 

La parole est libre et les échanges se font...

"La place de la femme; c'est très différent en fonction de chrétien ou musulman; dans une ville ou ailleurs...

Non, il n'y a pas de conversion possible: un chrétien reste chrétien, un musulman reste musulman; dans le cas contraire , il faut partir...

En cas de mariage mixte, bien souvent les enfants deviennent musulmans: alors nous ne perdons pas un mais une famille...

Les enfants dans une famille, jusqu'à 3 chez les chrétiens, mais beaucoup chez les musulmans...

Oui, le mariage est toujours religieux; le divorce existe mais n'est pas reconnu: ils restent séparés..."

 

C'est ensuite le temps plus convivial du pain-pomme et surtout de l'obole...

 

100_1681 100_1681  Une vraie bonne soirée, une bonne marche vers le sens du développement...

"ça donne envie d'aller voir..." disait une Ginette...

Mais attention, le bitume va jusqu'au bas du monastère, et il reste 345 marches à monter pour atteindre le monastère...

 

"mais on ne sent pas, une fois arrivé là, qu'on a monté autant de marche..."

Merci... choukran !

 

lien : www.deirmarmusa.org   et ça vaut le coup de la visite sur le site !

 

Article publié par ste barbe paroisse • Publié Vendredi 14 mars 2008 • 5882 visites

Haut de page