retour Sainte Barbe du Hainaut - Doyenné de Denaisis - Diocèse de Cambrai
account_circle

Journée Mondiale de Prière pour la Création

Poème "Notre terre qui n'est pas à nous"

Notre responsabilité vis-à-vis de la création

 

C'est un poème qui raconte comment les hommes ont perdu la notion de leur responsabilité vis-à-vis de la création. Pourtant d'autres hommes, il y a très longtemps, avaient conscience de la fragilité de cette création. Tout ce qui est beau et bon est fragile. Dans le livre de la Genèse, premier livre de la Bible, l'auteur fait dire à Dieu après qu'il eut confié la création à l'homme, que "tout ce qu'il avait fait, voilà, c'était très bon". Dieu redirait-il cela aujourd'hui ?

L'homme a longtemps considéré la terre comme une chose inerte, dans laquelle il peut puiser jusqu'à plus soif selon ses besoins ou la traiter comme une poubelle. Il refuse de reconnaître son rôle dans la détérioration de son environnement. Il n'y a qu'à voir comment le président des USA se désolidarise des pays qui veulent redresser la barre ! Heureusement, des voix lancent des alarmes pour rappeler que "notre terre n'est pas à nous" et que nous devons en prendre soin ne serait-ce que pour l'avenir de l'homme lui-même ! Dieu se réjouit sans doute de cette prise de conscience... Le poème cité sur la photo de couverture* se termine en s'adressant à la Terre : "Pardon de te faire mourir jeune / Par notre refus de tout jeûne."

 

Propos de René Lelièvre recueillis pour le Journal Caméra n° 60*.

 

 

LIRE également la lettre du Pape François ci-dessous.

Article publié par • Publié Vendredi 01 septembre 2017 • 133 visites

keyboard_arrow_up